logo CNIID :: La newsletter du CNIID du 09 juillet 2008 ::
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Si cette lettre ne s'affiche pas bien, cliquez sur le lien qui suit : http://www.cniid.org/espace_mailing/lettre_cniid_toxics_20080709.html Vous pouvez t̩l̩charger les deux lettres pr̩c̩dentes sur:
http://www.cniid.org/espace_mailing/lettre_cniid_toxics_20080611.html
http://www.cniid.org/espace_mailing/lettre_cniid_toxics_20080506.htm
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
:: Sommaire
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
:: Une nouvelle direction pour le CNIID !

S̩bastien LAPEYRE prend la direction suite au d̩part de Florence COURAUD

 Florence Couraud a quitt̩ le CNIID le 30 juin. Elle y a travaill̩ pendant 5 ans, d'abord comme Charg̩e de Campagne puis comme Directrice. Son enthousiasme, son intelligence et son courage lui ont permis d'y acqu̩rir une tr̬s grande comp̩tence dans la lutte contre les d̩chets dont elle est, dor̩navant, une repr̩sentante de poids, ainsi qu'elle l'a montr̩, notamment, lors du Grenelle. Elle a su r̩unir et souder autour d'elle une ̩quipe jeune, brillante, performante et militante, ce qui a permis de faire du CNIID la formidable association qu'elle est aujourd'hui. Nous lui exprimons notre gratitude pour le travail qu'elle a accompli.
C'est donc tout naturellement que le Conseil d'Administration a confi̩, d̩but juillet, la direction du CNIID S̩bastien Lapeyre, jusque l Charg̩ de la campagne incin̩ration. Depuis 2 ans, nous avons pu appr̩cier son talent, sa d̩termination, son calme autant que le poids de sa r̩flexion. La rel̬ve est donc assur̩e dans la continuit̩. Nous lui faisons confiance pour savoir maintenir le cap. Pour le CA, Claude-Nole Pickmann, Pr̩sidente

 Apr̬s cinq ann̩es pass̩es au CNIID, dont deux la direction, c'est tout naturellement que je passe le relai pour aller vers d'autres projets. S̩bastien Lapeyre, qui a d̩j su faire ses preuves en tant que charg̩ de campagne incin̩ration, poursuivra le travail et saura emmener son ̩quipe sur tous les dossiers o le contre-pouvoir du CNIID est indispensable. Je suis fi̬re d'avoir pu contribu̩ la diffusion d'id̩es qui, petit petit, se fraient un chemin dans l'esprit de beaucoup de gens, conscients que l'on ne peut pas continuer dans la voie de la surconsommation et de la surproduction de d̩chets. Je souhaite "malheureusement" longue vie au CNIID car la r̩duction des d̩chets n'est toujours pas une r̩alit̩ et la facilit̩ est toujours de mise quant leur traitement, le principal souci ̩tant de camoufler au mieux un des nombreux scandales de la soci̩t̩ de consommation et nous pousser continuer dans cette voie, pourtant sans issue. Souhaitons que les citoyens sauront se r̩approprier la probl̩matique des d̩chets, aujourd'hui laiss̩e aux mains des grands groupes industriels pour leur plus grand profit, mais au d̩triment de l'environnement et du vivant.  Florence COURAUD

 Apr̬s 2 ans pass̩s au CNIID en tant que Charg̩ de campagne incin̩ration, c'est avec enthousiasme que j'ai accept̩ le t̩moin transmis par Florence Couraud la Direction du CNIID. Toute l'̩quipe se joint moi pour la remercier, pour tout ce qu'elle a insuffl̩ de nouveau et pour avoir men̩ le CNIID la place o il est aujourd'hui. Gr̢ce au travail initi̩ depuis des ann̩es, le CNIID se positionne comme un interlocuteur indispensable sur la th̩matique des d̩chets, en restant tr̬s attach̩ son ind̩pendance, garant de sa libert̩ de parole et d'action. Toute l'̩quipe sera mobilis̩e pour poursuivre ses actions au niveau local, national et europ̩en. Le triste exemple du vote r̩cent sur la directive cadre d̩chets montre bien que le combat de David contre les Goliath du d̩chet sera encore long pour modifier en profondeur nos modes de gestion des d̩chets. Mais le CNIID est pr̻t relever les d̩fis venir. Un nouveau  campagner  incin̩ration/d̩charge rejoindra la rentr̩e prochaine une ̩quipe d̩j soud̩e et motiv̩e.  S̩bastien LAPEYRE

:: L'industrie de l'incin̩ration fait sa propagande au Parlement Europ̩en

Le 17 juin 2008, le Parlement europ̩en votait un texte de compromis catastrophique pour l'environnement sur la Directive cadre d̩chets. A l'issue du vote, le CNIID a fait part de sa profonde opposition ce texte (1), comme d'ailleurs une partie des parlementaires, notamment sur la promotion faite l'incin̩ration.

Le matin du vote, le syndicat europ̩en des constructeurs d'incin̩rateurs (ESWET European Suppliers of Waste to Energy Technology) s'est permis de distribuer un d̩pliant l'entr̩e du parlement au titre v̩ritablement scandaleux :   Save the mozzarella ! Support waste to energy !   Traduction :   Pour sauver la mozzarella, soutenez l'incin̩ration  . La limite de la d̩cence ̩tait nouveau d̩pass̩e : l'industrie de l'incin̩ration r̩cup̩rant la catastrophe sanitaire en Campanie pour promouvoir leur technologie polluante, sur le simple fait qu'il n'y a pas d'incin̩rateur dans cette r̩gion. Les victimes auront appr̩ci̩ ce raccourci naus̩abond...

Ce d̩pliant laisse clairement entendre que les d̩charges sauvages en feu et gorg̩es de produits dangereux m̩lang̩s des d̩chets municipaux seraient ̩quivalentes au centres de stockage que l'on retrouve partout ailleurs en Europe. La mafia napolitaine (la Camorra), l'origine de cette pollution la dioxine, n'existerait pas et ne serait donc responsable de rien. Cette action est d'autant plus mal venue qu'en France, les responsables des diff̩rentes catastrophes sanitaires dues justement aux incin̩rateurs sont pour l'instant toujours pass̩s travers les mailles du filet et n'ont jamais ̩t̩ inqui̩t̩s par la justice...voil un point commun avec la situation rencontr̩e en Campanie !

Rappelons que l'ESWET compte parmi ses membres Von Roll Inova, constructeur du tr̬s m̩diatique incin̩rateur d'Issy-les-Moulineaux, et l'entreprise fran̤aise CNIM qui a construit plusieurs incin̩rateurs en France et exploite les incin̩rateurs de Toulon (83), de Thiverval-Grignon (78) et jusqu' r̩cemment celui de Villejust (91). Le CNIID attend une condamnation claire de la part des d̩cideurs et des repr̩sentants des collectivit̩s territoriales cette campagne mensong̬re et honteuse.

(1) voir le communiqu̩ de presse du 17 juin : http://www.cniid.org/espace_mailing/cp_20080618.htm

Contact : S̩bastien LAPEYRE

:: Projet Corse : une Unit̩ de Valorisation nerg̩tique (UVE) pour le d̩veloppement durable ? Non, un incin̩rateur pour la pollution de l'̨le !

Alors m̻me que le Pr̩sident du SYVADEC (Syndicat promoteur du l'UIOM) annon̤ait la presse, il y a presque un an, l'abandon du projet d'incin̩rateur dans le centre Corse, voil que ce projet ressurgit de mani̬re d̩tourn̩ et se retrouve d̩sormais int̩gr̩ dans le projet de PADDUC (Plan d'am̩nagment et de d̩veloppement durable de la Corse). Ce document doit fixer les objectifs du d̩veloppement ̩conomique, social et culturel de l'̨le, ainsi que ceux de la pr̩servation de son environnement (sic !). Sur la question des d̩chets, ce plan se base sur le PIEDMA (Plan interd̩partemental d'̩limination des d̩chets m̩nagers et assimil̩s), plan obsol̬te dont les associations r̩clament la r̩vision depuis longtemps : l'abandon de l'incin̩rateur ne sera effectif et certain qu' partir du moment o ce plan aura ̩t̩ r̩vis̩. Qu'attend donc l'Assembl̩e de Corse pour le r̩viser ? Il est urgent et n̩cessaire de signer la p̩tition du  Collectif contre l'incin̩ration en Corse  pour demander la r̩vision du plan : http://contrelincinerateurcorse.o-zi.com/-La-petition-en-ligne-

Le Collectif nous informe que l'assembl̩e de Corse recevra le Syvadec, vendredi 11 juillet 9 h 30 Ajaccio, pour une audition. Le Collectif sera pr̩sent et organisera une conf̩rence de presse, 15 h devant les grilles du Palais Lantivy, afin d'exprimer sa position sur les d̩clarations qui seront faites. Toute personne sur place sera la bienvenue.

T̩l̩chargez les ̩l̩ments du PADDUC se r̩f̩rant l'incin̩rateur avec analyse critique du Collectif.pdf

Vous trouverez ci-dessous le lien vers une vid̩o sur la position du Collectif, enregistr̩e il y a quelques semaines  :
Vid̩o: Pourquoi infliger un incin̩rateur l'̨le de Beaut̩ ? - Le pr̩fet, les politiques, la multinationale et les d̩fenseurs de l'environnement
Interview vid̩o  de Marie-Dominique Loye-Pilot, mątre de conf̩rences (aujourd'hui la retraite) l'Ecole Normale Sup̩rieure et porte-parole du Collectif contre l'incin̩ration des d̩chets en Corse.
Propos recueillis par Enrico Porsia

http://www.amnistia.net/news/articles/corsdos/incinerateur/incinerateur_101.htm

Contact : S̩bastien LAPEYRE

:: Collecte des d̩chets Paris : dangereux retour en arri̬re au profit du priv̩

L'annonce faite par le Maire de Paris de vouloir privatiser la collecte des d̩chets m̩nagers et assimil̩s dans plusieurs arrondissements parisiens (1) a de quoi surprendre. En effet, cette information tombe apr̬s la d̩cision de la nouvelle ̩quipe municipale parisienne de remunicipaliser la distribution de l'eau dans la capitale, ̩galement aux mains de Suez et Veolia. Ces deux d̩marches contraires souligne une incoh̩rence certaine dans la gestion de deux services majeurs. Soulignons en outre que, durant son mandat pr̩c̩dent, le Maire de Paris avait engag̩ une remunicipalisation de la collecte dans les arrondissement aujourd'hui concern̩s par une privatisation.

Comment expliquer ce revirement soudain ? Les r̩actions n'ont en tout cas pas tard̩ fuser... Le groupe des Verts parisiens n'h̩sitant pas affirmer que la privatisation de la collecte est un cadeau fait par la Mairie aux deux entreprises qui se partagent les march̩s de l'environnement en France, pour compenser le fait de leur retirer le march̩ lucratif de l'eau ( voir communiqu̩ de presse des Verts ).

L'argument principal avanc̩ par le groupe socialiste est que la privatisation de la collecte permettra de d̩gager du personnel pour le nettoiement des rues. En effet, les rippeurs, jusqu' maintenant embauch̩s par la ville, seront affect̩s au nettoyage car la privatisation implique que les nouveaux rippeurs soient salari̩s de l'entreprise d̩l̩gataire. Mais ce qui n'est pas pr̩cis̩, c'est que le sur-effectif de personnes disponibles pour le nettoyage ne sera que tr̬s temporaire puisqu'il est d̩cid̩ de ne renouveler aucun poste apr̬s 130 d̩parts en retraite pr̩vus. La privatisation ne permettra donc en rien la p̩rennisation d'un service performant de nettoyage des rues.

L'autre argument consiste dire que privatiser permet d'am̩liorer les cots de collecte. Or il est tr̬s simpliste et inexact de pr̩senter les choses de cette mani̬re puisque l'on sait que l'on peut faire baisser les cots de collecte, m̻me municipale, simplement en choisissant d'organiser la collecte le soir plut̫t que le matin. La circulation ̩tant plus fluide, de fortes ̩conomies de carburants sont r̩alis̩es.

En outre, le cot de la collecte priv̩e peut ̻tre consid̩r̩ comme moindre dans le sens o les employ̩s sont cong̩di̩s d̬s qu'ils ne peuvent plus assurer cette difficile t̢che. La p̩nibilit̩ du travail de rippeur est telle qu'une personne ne peut continuer dans cette voie au-del de 45-50 ans. Or lorsqu'il s'agit d'un rippeur embauch̩ par la ville, celui-ci est couvert socialement : soit il est affect̩ un autre m̩tier moins p̩nible, soit il est consid̩r̩ comme inapte et donc indemnis̩ jusqu' l'̢ge l̩gal de sa retraite, par la Ville. Au premier abord, la main d'oeuvre parąt donc comparativement moins ch̬re dans le priv̩ que dans le public. Mais les personnes licenci̩es du priv̩ touchent ensuite des indemnit̩s de ch̫mage et b̩n̩ficient, heureusement, d'une couverture sociale, pay̩e par la solidarit̩ nationale. Nous entrons alors dans la strat̩gie des grandes entreprises qui r̩ussissent baisser leurs cots en les reportant sur la soci̩t̩ enti̬re : cela se r̩sume   la socialisation des cots et la privatisation des b̩n̩fices . Car n'oublions pas de pr̩ciser que le nettoyage des rues ne rapporte rien, en revanche la collecte est tr̬s lucrative. Ajoutons que les conditions de travail dans la collecte priv̩e sont souvent plus difficiles avec une r̩duction des effectifs et une augmentation de la charge de travail.

Enfin, soucieuse de gagner les march̩s, une des deux entreprises a r̩pondu pr̩sente dans les arrondissements dont les personnels d'enl̬vement des d̩chets sont en gr̬ve. La photo ci-dessous permet d'observer un camion Sita Suez tout droit venu de la ville de Levallois-Perret (on peut lire sur le gilet des rippeurs  Levallois ville propre ) pour collecter les d̩chets dans le 19̬me arrondissement, concern̩ par la privatisation, et ainsi effacer toute trace de gr̬ve et donc modifier le poids de l'action men̩e par les personnels gr̩vistes.

La majorit̩ de gauche de la Mairie ̩tait tr̬s divis̩e sur cette question. Lors de la s̩ance du Conseil de Paris, tenue le 7 juillet 2008, la privatisation des 3 et 19̬mes arrondissements a finalement ̩t̩ d̩cid̩, sur les 4 initialement pr̩vus. La r̩flexion sur la r̩organisation devrait se poursuivre pendant les prochains mois...un recul pour mieux sauter ?



Rippeurs de Levallois Perret (Sita-Suez) r̩quisitionn̩s
Paris pendant la gr̬ve.
Cr̩dit photo : CNIID

Pour un point de vue critique de la situation sur le blog d'Yves Contassot : http://www.yvescontassot.eu/

Pour en savoir plus sur les d̩chets Paris : http://www.paris.fr/portail/viewmultimediadocument?multimediadocument-id=48424

Contact : H̩l̬ne Bourges

:: La Betty Box : un outil pour inciter les citoyens trier leurs emballages

K̩sako la Betty Box* me direz-vous ? C'est un syst̬me qui permet de valoriser financi̬rement le geste de tri des citoyens. Pour chaque emballage d̩pos̩, correspond un prix de reprise au kilogramme. Par exemple, l'aluminium des canettes est repris 50 centimes d'euros le kg. Les tarifs propos̩s sont similaires ceux pratiqu̩s par Eco-emballages aupr̬s des collectivit̩s, l'exception du plastique qui est repris un prix trois fois inf̩rieur.

Les conditions d'implantation sont relativement simples : un endroit fr̩quent̩ avec moyen d'acc̬s pour des camions. Un parking de supermarch̩, comme c'est le cas sur la commune du S̩questre dans le Tarn est un bon exemple. Aujourd'hui, une seule Betty Box est en activit̩ au S̩questre.

Comment fonctionne la Betty Box ? Il vous suffit de vous y rendre muni d'un RIB, de l'ins̩rer dans la machine et de r̩cup̩rer un code en ̩change. A chaque fois que vous apportez un emballage, vous tapez votre code. Ainsi, la Betty Box, apr̬s avoir identifi̩ le type pr̩cis de l'emballage, calcule combien elle vous doit. Lorsque vous avez apport̩ suffisamment d'emballages pour atteindre 15 euros, cette somme est cr̩dit̩e directement sur votre compte en banque. D'apr̬s le directeur du supermarch̩ de la commune du S̩questre, la somme de 15 euros peut ̻tre atteinte au bout de 3 6 mois environ, ceci d̩pendant du nombre de personnes dans la famille et de ses habitudes de consommation. La Betty Box, l'int̩rieur, fonctionne comme un centre de tri automatis̩. Elle distingue chaque type d'emballage et les trie par cat̩gorie. Il ne s'agit pas d'un syst̬me de consigne puisque le client du magasin ne paie pas de  consigne  l'achat. En revanche, il r̩cup̬re une somme d'argent  en ̩change  de son geste de tri. A l'heure actuelle, la Betty box est le seul outil, avec la redevance incitative, qui permet d'inciter financi̬rement au tri.

Pourquoi installer une Betty Box ? Le directeur du supermarch̩ du S̩questre met en avant l'image positive qu'elle donne au magasin. C'est une preuve concr̬te de l'engagement ̩cologique de l'enseigne, qui fait ̩galement des efforts sur la consommation ̩lectrique, l'eau, etc. La Betty Box, ̩tant donn̩e qu'elle n'est pas existante ailleurs, agit comme un avantage concurrentiel pour le supermarch̩ du S̩questre. En outre, si elle est situ̩e c̫t̩ d'un supermarch̩, elle permet de limiter les trajets en voiture : un seul trajet est d̩sormais n̩cessaire pour se d̩barrasser de ses emballages tri̩s et faire ses courses, alors que tr̬s souvent, il faut se d̩placer en voiture jusqu'aux points d'apport volontaire (PAV), situ̩s ailleurs. Le directeur du supermarch̩ explique que la Betty Box est plus efficace que des points d'apport volontaire classiques car on ne peut pas y mettre n'importe quoi. Avant d'adopter la Betty Box, le supermarch̩ accueillait des PAV, syst̩matiquement remplis avec des d̩chets qui n'avaient rien y faire.

Enfin, l'installateur de la Betty Box, la soci̩t̩ Briane Environnement, est gagnante elle aussi puisque cette machine permet de trier les emballages par type. Briane Environnement r̩cup̬re donc des mat̩riaux tri̩s non m̩lang̩s qu'elle peut revendre des recycleurs bon prix.

La Betty Box est donc un syst̬me gagnant-gagnant-gagnant! N'h̩sitez pas contacter Briane Environnement ( http://www.briane-environnement.com ) pour leur demander comment installer une Betty Box.

Jugez par vous-m̻me en regardant la vid̩o de d̩monstration.

Pour en savoir plus, visitez le site de Betty Box .

* Le CNIID ne fait pas la promotion d'industriels mais se permet, de temps autre, de r̩f̩rencer des produits ou des proc̩d̩s allant vers une ̩volution durable.  

Contact : H̩l̬ne BOURGES

:: Penser durable, ̩viter le jetable : l'exemple du gobelet

Ils ne p̬sent que quelques grammes et leur utilisation, pourtant tr̬s r̩pandue dans notre soci̩t̩ moderne, pourrait sembler anecdotique. Les gobelets jetables en plastique s'emploient d̩sormais dans tous les domaines de la vie quotidienne : le caf̩ du matin emporter, la boisson de la petite pause entre coll̬gues, le pique-nique entre amis ou encore le festival de rock de l'̩t̩ tant attendu... Le gobelet jetable s'est impos̩, lors de ces derni̬res ann̩es, trop souvent au d̩pend du conditionnement r̩utilisable, plus durable. Il s'agit pourtant d'un objet facile remplacer, ce qui interpelle les citoyens soucieux de faire moins de d̩chets et les t̩moignages r̩f̩renc̩s sur internet sont nombreux. On y trouve m̻me des chiffres sur la quantit̩ de d̩chets ̩vit̩e gr̢ce au recours des gobelets durables et/ou tasses. En effet, le calcul est vite fait : l'utilisation de deux gobelets jetables en plastique par jour dans seulement 10 000 entreprises fran̤aises de dix employ̩s par mois repr̩sente ainsi 4 000 000 gobelets jet̩s par mois (2 gobelets x 10 000 entreprises x 20 jours x 10 employ̩s = 4 000 000), sans parler des d̩chets g̩n̩r̩s lors de la fabrication de ces derniers.  

Des alternatives plus durables existent

Il ne s'agit pourtant pas d'une fatalit̩ et les initiatives visant passer du jetable au durable sont encourageantes. Ainsi, on trouve aujourd'hui sur le march̩ de petites bouteilles/mugs isothermes, qui se pr̻tent parfaitement emporter sa boisson chaude ou froide. Le thermos au format d'un mug est, d̩j tr̬s r̩pandu dans certains pays, au Canada notamment. En outre, des associations se sont sp̩cialis̩es dans la mise disposition de gobelets r̩utilisables, ce qui permet de remplacer l'utilisation de gobelets jetables lors d'̩v̩nements de toute nature.

  Just be mug   est une initiative lanc̩e par la Ville de Massy dans le cadre de son Agenda 21. A partir d'octobre prochain, pour ce qui est des boissons chaudes consomm̩es par les usagers et les agents de la Mairie de Massy, une tasse/un mug de l'agent ̩co-responsable pourra remplacer le gobelet en plastique jetable au distributeur automatique de boissons. Ce dernier, de surcrǫt, profitera d'un prix pr̩f̩rentiel. Pour accompagner ce lancement, une sensibilisation est faite aupr̬s des agents par la r̩alisation d'un petit film incitant l'utilisation du mug.

Il existe certes des collecteurs de gobelets placer aupr̬s des distributeurs automatiques de boissons et une enseigne propose m̻me des objets publicitaires faits partir de gobelets recycl̩s (collect̩s, pour l'instant, en Angleterre). Toutefois, le CNIID insiste sur la n̩cessit̩ ̩cologique de privil̩gier la version durable d'un objet donn̩. Le gobelet jetable est bannir d'autant plus que, selon les informations du CNIID, ce jour, aucune fili̬re fran̤aise de collecte et de recyclage de ces gobelets n'existe. Il en va de m̻me pour celle des gobelets biod̩gradables : la collecte s̩lective des d̩chets organiques ne s'est toujours pas g̩n̩ralis̩e. Outre le fait que leur production recourt des mati̬res certes renouvelables, mais fortement exploit̩es ou qu'ils nous viennent parfois de pays tr̬s lointains, ils g̩n̬rent, eux aussi, un volume important de d̩chets traiter. Enfin, le fait qu'ils soient au bout d'un certain temps d̩grad̩s naturellement, pourrait inciter certains les jeter dans la nature et avoir ainsi pour effet de banaliser le gaspillage de mati̬re et d'̩nergie qui, gr̢ce aux gobelets durables, peut en partie ̻tre ̩vit̩.

N'oublions pas que m̻me le gobelet durable aura n̩cessit̩ de la mati̬re et de l'̩nergie, aura g̩n̩r̩ des d̩chets lors de sa fabrication et, une fois devenu d̩chet, devra ̻tre trait̩. Mais sa dur̩e de vie sera beaucoup plus longue, condition que vous en preniez bien soin

Liens utiles* :

http://www.save-a-cup.co.uk
www.unbureausurlaterre.com (voir  objets publicitaires )
www.ecocup.eu
http://elemen-terre.org
http://www.pylones.com/famille.php?fid=222

* Le CNIID ne fait pas la promotion d'industriels mais se permet, de temps autre, de r̩f̩rencer des produits ou des proc̩d̩s allant vers une ̩volution durable.  

Contact : Wiebke WINKLER

:: L'initiative : 1 million de DVD pour la plan̬te

Nous avons tous chez nous de vieux CD ou DVD qui ne sont plus trop en phase avec nos gots du moment ou qui sont tout simplement ray̩s et inutilisables. Qu'en faire ? Bonne question car il n'existe pas de fili̬re nationale pour les CD/DVD des particuliers. Vous ̻tes nombreux nous avoir contact̩ au CNIID pour savoir comment offrir une seconde vie ces objets. Nous avons aujourd'hui plusieurs r̩ponses.

L'initiative  1 million de DVD pour la plan̬te , port̩e par Boris Perchat, consiste recueillir des  promesses de stockage  de la part de particuliers. On peut remplir un formulaire sur le site internet d̩di̩ et dire combien de CD/DVD on s'engage conserver chez soi jusqu' ce qu'une fili̬re de recyclage se mette sur pied. Le but est d'atteindre un million de CD/DVD conserv̩s pour convaincre un recycleur de d̩chets professionnels de les reprendre. Cette association collecte les CD/DVD usag̩s et les revend des recycleurs. Les b̩n̩fices sont consacr̩s l'am̩lioration de l'accueil des personnes ̢g̩es en maison de retraite et des enfants en service de p̩diatrie.

Si vous trouvez que cette solution n'est pas des plus pratiques (O garder ses CD ?, Et si la fili̬re ne voit jamais le jour ?, etc...), pas de panique il y a un plan B. Toujours gr̢ce Boris Perchat et son site internet, nous avons d̩couvert une association qui organise une collecte des CD aupr̬s des particuliers, soit gr̢ce des bornes de collecte situ̩es dans des magasins, soit par courrier. Il s'agit   de CD Moi, bas̩e Mexy ( 8 rue Mozart 54135 MEXY, Tel : 06 81 40 18 61, E-mail : contact@cdmoi.asso.fr ).

Mais n'oublions pas les gestes les plus simples : si votre CD/DVD fonctionne encore mais que vous souhaitez vous en s̩parer, donnez-le ! Il existe des sites internet d̩di̩s au don et l'̩change ( http://fr.freecycle.org/ ; http://www.recupe.net/ ; http://donnons.org/ ). Vous pouvez aussi les vendre d'occasion chez certains disquaires ou bien en faire don votre m̩diath̬que.

Contact : H̩l̬ne Bourges
:: Les listes de diffusion s'offrent un nouveau nom

Suite au changement de notre h̩bergeur de site web, nous sommes dans l'obligation de renouveler nos listes de diffusion. Cniid-news, liste de diffusion d̩di̩e aux relations presse devient Cniid Presse. Et Cniid-toxics devient la newsletter du Cniid, destin̩e toutes personnes d̩sireuses de se tenir inform̩es de l'actualit̩ du Cniid.
Si vous souhaitez recevoir la newsletter du Cniid ou des informations via Cniid-Presse, inscrivez-vous sur le site www.cniid.org gr̢ce au bandeau "Restez au courant ! ".
Les personnes inscrites avant juillet doivent renouveler leur inscription par pr̩caution.
La liste de diffusion de la Coordination a ̩t̩ momentan̩ment suspendue. Une nouvelle adresse a ̩t̩ cr̩̩e via Yahoo Groupes. Toutes les associations inscrites recevront, cette semaine, une invitation valider afin de pouvoir recommencer les ̩changes. En esp̩rant que cette nouvelle formule convienne tous.

Contact : Julie BOULARD

:: Appel b̩n̩voles !

Urgent: un(e) b̩n̩vole pour une formation sur FileMaker Pro.
Dans le cadre de la gestion de sa base de donn̩es, le CNIID recherche un(e) b̩n̩vole mątrisant le logiciel FileMaker Pro et ses fonctions avanc̩es, pour apporter son aide sur des questions pr̩cises et faire une petite formation l'un des permanents.
Si vous vous sentez comp̩tent et si vous ̻tes disponible pour nous consacrer une demi-journ̩e voir une journ̩e compl̬te, n'h̩sitez pas nous contacter.

N'h̩sitez pas nous contacter!!
Nous mettons jour notre liste de b̩n̩voles, sur Paris et en Province. Nous vous remercions de bien vouloir vous manifester afin de nous donner vos disponibilit̩s ou vos domaines de comp̩tences particuliers. Nous recherchons des personnes suceptibles de venir nous aider ponctuellement pour des op̩rations de mailings postaux, pour des mises jour de donn̩es sur informatiques, pour r̩pr̩senter le CNIID et tenir des stands lors de salons...

Nous attendons vivement vos r̩ponses positives! D'ici l, nous vous souhaitons tous de bonnes vacances d'̩t̩!

N.B.: Il s'agit d'une action b̩n̩vole, mais elle peut faire l'objet d'un re̤u fiscal dans le cadre du m̩c̩nat de comp̩tences.

Contact : Julie BOULARD - t̩l.: 01 55 78 28 60

:: Agenda

Le 12 juillet 2008 Paris 14h place de la R̩publique, grand rassemblement europ̩en (13 pays) pour un monde sans nucl̩aire, mobilisons-nous ! Relance du nucl̩aire avec lEPR, sites denfouissement des d̩chets nucl̩aires, fuite en avant avec le r̩acteur fusion nucl̩aire ITER, manque dambition politique pour les ̩conomies d̩nergie et les ̩nergies renouvelables... Le temps presse, il faut agir d̬s aujourdhui ! Pour plus d'infos, consultez le site suivant : http://www.sortirdunucleaire.org/12juillet-paris/

Angers, du 9 juillet au 17 aot 2008 : Exposition photographique "Monstres des mers" au Th̢̩tre le Quai, qui pr̩sente le travail r̩alis̩ par l'association Robins des Bois pour sensibiliser le grand public aux probl̬mes pos̩s par les macro-d̩chets retrouv̩s en mer. Cette d̩marche originale et cr̩ative permet d'interpeller tout un chacun sur la n̩cessit̩ de ne rien jeter dans la nature. Pour tout renseignement, contactez : THEATRE LE QUAI, Cale de la Savatte - ANGERS, t̩l : 02 41 22 20 20.

L'association SOS Grand Bleu, en partenariat avec le Club Amadeus Plong̩e de Sophia Antipolis, le magasin Submarine Locaventure de Nice (pour le pr̻t de mat̩riel) et V̩olia Environnement, organise le nettoyage des fonds marins de la baie des Fosses Saint-Jean-Cap-Ferrat, le samedi 26 juillet 2008 entre 9h00 et 12h00; le rendez-vous est fix̩ devant l'ancien "lavoir". Cette op̩ration est une occasion suppl̩mentaire pour sensibiliser l'ensemble des utilisateurs de la mer, le grand public, la fragilit̩ de notre patrimoine marin m̩diterran̩en.
Une animation de sensibilisation l'impact des macro-d̩chets sera organis̩e pour les enfants partir de 9h30 sur la plage des Fosses.
Pour participer et pour plus d'infos contacter Murielle ORIOL par mail murielle.oriol@sosgrandbleu.asso.fr ou par t̩l̩phone : 04 93 76 17 61/Fax : 04 93 76 81 31.
T̩l̩chargez l'affiche.

La Fondation Sciences Citoyennes r̩clame un statut pour les lanceurs dalerte et une recherche plus transparente. La situation du biologiste et lanceur dalerte Christian V̩lot a ̩t̩ loccasion dune mobilisation historique le 25 juin 2008. Pour la premi̬re fois, la situation dun chercheur a fait lobjet dune manifestation citoyenne sur le lieu m̻me o il exerce son activit̩, savoir ici lInstitut de g̩n̩tique et microbiologie dOrsay. Environ 500 personnes ont r̩pondu l'appel de la Fondation Sciences Citoyennes et se sont donn̩ rendez-vous sur le campus d'Orsay pour obtenir la r̩habilitation de Christian V̩lot. Ce biologiste anime sur son temps personnel de nombreuses conf̩rences sur le th̬me des OGM... Cliquez ici pour voir l'int̩gralit̩ du communiqu̩ de presse.

Les 20 et 21 septembre 2008 Annecy (74), une grande mobilisation de la soci̩t̩ civile (ONG de protection de l'environnement, de solidarit̩ internationale, organisations paysannes...) est pr̩vue en parall̬le du conseil informel des ministres europ̩ens de l'agriculture. L'objectif est de montrer une autre vision de l'agriculture alors que les d̩bats sur l'avenir de la PAC seront lanc̩s cette occasion. Plusieurs actions seront pr̩vues: forums, conf̩rences, expositions, stands, concert, animations de rue...
Pour plus d'informations, t̩l̩chargez le pdf suivant: Appel rassemblement Annecy le 20 septembre.

haut
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Le Centre National d'Information Ind̩pendante sur les D̩chets (CNIID) est une Association Loi 1901, financ̩e essentiellement par les dons et cotisations.
Personne physique ou morale, votre adh̩sion lui est essentielle. Soutenez-le !
C'est parce que des personnes comme vous et nous ont soutenu le CNIID depuis 10 ans que son ̩quipe est l aujourd'hui pour ̩changer avec vous.
Abonnez-vous gratuitement aux lettres d'information du CNIID.
N'h̩sitez pas non plus parler de nos actions autour de vous et nous communiquer l'adresse mail de personnes susceptibles de nous rejoindre.
CNIID - 21, rue Alexandre Dumas - F-75011 Paris - t̩l. +33(0)1 55 78 28 60 - fax. +33(0)1 55 78 28 61 - www.cniid.org